Aller au contenu principal

Atmo Auvergne

La qualité de l'air en Auvergne-Rhône-Alpes
+ D'infos sur l'air de Rhône-Alpes

Les particules fines (PF ou PM2.5)

L'appellation "particules en suspension", ou aérosol, regroupe toutes les particules solides et liquide en suspension dans l'air. Elles constituent un ensemble très hétérogène de substances minérales ou organiques, dont la taille reste inférieure à un dixième de millimètre (soit 100 micromètres). Selon leur granulométrie, on distingue généralement les PM10, de diamètre moyen inférieur à 10 µm, des PM2,5, de diamètre moyen inférieur à 2,5 µm.

Origine

Principalement d'origine naturelle à l'échelle du globe (soulèvement de poussières désertiques par le vent, embruns, éruptions volcaniques...) les particules en suspension ont une composante anthropique généralement prépondérante en milieu urbain. Elles sont alors des résidus de combustion de matières fossiles ou d'incinération (cendres minérales et imbrûlés carbonés...) ou générées par certains procédés industriels (fabrication de ciment et d'engrais, métallurgie...).

En Auvergne les émissions annuelles (référence 2000) de particules en suspension (PM10) s'élèvent à plus de 15000 tonnes, soit 2,7 % du total national.

répartition sectorielle des émissions de particules (PM10) en Auvergne

Effets sur la santé

Si les plus grosses particules sont arrêtées au niveau des voies aériennes supérieures, les plus petites peuvent pénétrer jusqu'aux alvéoles pulmonaires. Elles irritent alors les voies respiratoires inférieures, altérant la fonction respiratoire dans son ensemble. Selon leur composition chimique, elles peuvent véhiculer des substances aux propriétés mutagènes et cancérigènes.

Effets sur l'environnement

Si l'effet de dégradation des bâtiments par salissure est le plus visible, les particules interviennent également dans les processus météorologiques (formation des nuages et précipitations) et climatiques (absorption du rayonnement solaire).